PETALES Québec 
Parents d'Enfants présentant des Troubles de l'Attachement
Ligue d'Entraide et de Soutien
Une fleur de myosotis bleue dont un pétale se détache vers le haut, sans tomber.
La fleur de myosotis dit: 
« Ne m'oubliez pas »

Le pétale détaché dit: 
« Même si je ne peux pas m'attacher à vous »

 
 

Bonnes vacances
Soutenez notre cause: devenez membre ou faites un don. Voyez notre nouveau guide Jeune en crise

   Accueil      UniteLaforest

Paru dans le journal : « LÙ'Express »

 

Unité spécialisée
pour les cas lourds en santé mentale

Pavillon Laforest

par Caroline Lepage

 

Les unités régulières continueront d'accueillir les jeunes aux prises avec des problèmes en santé mentale, jugés moins sévères, tels que l'hyperactivité.

 

Unité spécialisée pour les cas lourds en santé mentale

Pavillon Laforest

Grâce aux nouveaux crédits de développement de l'Agence de la santé et des services sociaux, deux unités spécialisées pour les jeunes aux prises avec de graves problèmes en santé mentale seront mises en place à Drummondville et à Trois-Rivières, dès l'hiver 2008. Au Pavillon Laforest, cette nouvelle unité hébergera six adolescentes.

 

Au sein des deux centres de réadaptation avec hébergement en Mauricie et au Centre-du-Québec, un nombre croissant de jeunes font face à des problèmes en santé mentale de plus en plus lourds.

Selon la directrice générale du Centre jeunesse de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Renée Saint-Amand, cette problématique touche environ 30 % des jeunes hébergés, une proportion qui serait inférieure à la moyenne québécoise. «C'est plus faible ici parce qu'il y a moins de psychiatres, donc moins de diagnostics», a-t-elle nuancé.
Devant cette réalité, l'Agence de la santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec a confié au Centre jeunesse, en avril 2006, le mandat de l'hébergement de cette clientèle manifestant des besoins pointus.

«Il fallait définir une offre de services pour les jeunes qui ont des problématiques en santé mentale, des jeunes qui requièrent des services individualisés ou très spécialisés», a indiqué Mme Saint-Amand.
D'ailleurs, cette offre vient d'être acceptée par l'Agence, qui financera la création de nouvelles unités, en injectant un peu plus de 800 000 $, grâce aux récents budgets de développement.

Par problèmes sévères en santé mentale, il est question, par exemple, de troubles anxieux, de troubles graves de l'attachement, de troubles de personnalité, de troubles psychotiques, de dépressions sévères, etc.

 

Un milieu de vie sur mesure

«Ça demande un environnement plus organisé et du personnel mieux formé. Il faut aussi assurer l'accès à des services de santé parce qu'il y a des épisodes où il faut être en relation avec un centre hospitalier dans le cas, par exemple, où la médication du jeune doit être ajustée ou stabilisée», a ajouté Mme Saint-Amand. Les deux nouvelles unités spécialisées compteront chacune une équipe multidisciplinaire d'une dizaine de personnes, dont sept éducateurs, un travailleur social, une infirmière et un psychologue.

La formation continue du personnel reste un incontournable. Pour le directeur de l'hébergement et des services en centre de réadaptation, Claude Lévesque, une connaissance des diverses facettes de cette problématique est souhaitable ainsi qu'une meilleure cohésion entre la pédopsychiatrie et le centre jeunesse.

«Par rapport aux effets de la médication, par exemple, si un pédopsychiatre prescrit tel type de médication, le personnel va mieux connaître les effets possibles», a-t-il communiqué.

En outre, avec ces nouvelles unités, c'est tout le mode d'intervention qui est à revoir. «Présentement les éducateurs travaillent en groupe. Il va falloir les outiller autrement parce que dans une unité de traitement individualisé, l'intervention de groupe soulève de l'anxiété», a-t-il noté, précisant qu'au Pavillon Bourgeois, de Trois-Rivières, l'unité spécialisée sera destinée aux garçons.

Et comme ce service individualisé permettra d'accueillir deux fois moins de jeunes par unité, la disponibilité des places régulières sera réévaluée. «C'est une opération assez large, une opération d'envergure», a mis en contexte Mme Saint-Amand.

Il est d'ailleurs prévu que des jeunes en unité régulière puissent être suivis autrement. «On est à mettre en place un plan de recrutement au niveau des ressources intermédiaires en Mauricie et au Centre-du-Québec», a pour sa part transmis M. Lévesque.

Toutefois, les unités régulières continueront d'accueillir les jeunes aux prises avec des problèmes en santé mentale, jugés moins sévères, tels que l'hyperactivité. «Pour ces problématiques, on est tout à fait capable d'intervenir normalement», a laissé tomber Mme Saint-Amand.

Finalement, cette femme rappelle qu'en matière de services de première ligne, en santé mentale, le CSSS Drummond demeure la référence.

 

PETALES Québec est membre de PETALES international.
La signification et le logo de PETALES sont protégés. © PETALES asbl 
2014-08-28